Mes principes pour gagner de l’argent sur le marché (1)

 « A court terme, le marché est une machine à voter, à long terme le marché est une machine à peser » Benjamin Graham

 

Avec ce premier article d’une longue série, je voudrais vous faire part de tous mes principes d’investissement afin que vous n’ayez plus peur d’investir vous-même sur le marché action ce qui est le cas pour  une majorité d’entre vous et/ou que vous arrêtiez de faire les erreurs de la plupart des investisseurs qui se retrouvent souvent avec des rentabilités annuelles faibles et qui abandonnent par dégoût en pensant que le marché est du vol. Si vous en doutez, je vous laisse lire le tableau suivant :

Vous voyez la petite colonne orange est l’investisseur moyen (beaucoup d’entre nous) qui sans cesse achète et vend en fonction de son affect, je vais revenir tout de suite sur ce comportement. Tout ce qu’aura gagné l’investisseur, c’est certainement d’enrichir sa banque, son broker ou son conseiller en gestion de patrimoine grâce aux commissions.

 

Comment ne pas tomber dans le piège de cet investisseur moyen ?

 

     1- Soyez patient, pensez long terme

La base de la base de l’investissement qui gagne de l’argent ; c’est le LONG TERME (au moins 5 ans, perso je préfère 10 ans) voir ce qu’on appelle aussi le BUY AND HOLD qui consiste à acheter des entreprises avec des business modèles robustes et ce à un prix correct, et les garder à vie afin de bénéficier pleinement de l’effet composé. Dans l’investissement, le temps investi dans le marché est votre meilleur ami. Malheureusement c’est très facile à dire mais moins facile à faire car nous autres êtres humains nous sommes des êtres assez irrationnels, nos comportements sont souvent dictés par nos peurs ou nos joies. Ce qui nous amène à vendre dans les périodes de crise alors qu’il  faudrait acheter, et vendre lors des bulles ou périodes d’euphorie (ceci est vrai aussi en immobilier). Si vous prenez le S&P500 (l’indice des 500 plus grandes capitalisations boursières des États-Unis), celui-ci a eu un rendement moyen de 9% sur les 90 dernières années. A ce taux, votre investissement fait plus que doubler tous les 10 ans (sur 20 ans il est donc multiplié par plus de 4 fois, ici vous avez un exemple de la puissance de l’effet composé). En fait, si vous prenez les 30 dernières années partant de janvier 1987 à janvier 2017 (et durant cette période, il y en a eu des Krachs !!!), votre investissement initial aurait pu valoir 9 fois plus ! Je le redis encore, c’est plus facile à dire qu’à faire et j’en suis un bel exemple car j’ai vraiment commencé à mettre une bonne partie de mes économies dans le marché actions seulement à partir de 2012 alors que je travaillais dans la finance depuis fin 99 (j’avais tout de même commencé à investir dès 2002 mais en immobilier à Paris et en 2011 en Floride). Vous avez quand même là un bel exemple du cordonnier qui est le plus mal chaussé. Quand j’ai commencé à bosser, j’ai vite eu la tête dans le guidon et perdu de vue l’intérêt principal du marché financier : pouvoir acheter des actifs de bonne qualité qui travaillent pour vous 24h sur 24. Au final être un vrai actionnaire de long terme.

Afin d’illustrer mes propos voici une petite anecdote : Une récente étude de Fidelity a montré que leurs meilleurs investisseurs étaient décédés ou avaient oublié qu’ils avaient des actions sur leurs comptes.

 

« The price is what you pay, the value is what you get » Warren Buffet

 

     2-  Combattre ses démons

Par conséquent, maintenant que vous savez que le long terme, c’est à dire le temps investi dans le marché, est votre meilleur ami. Comment faire pour rester assis sur ses fesses sans rien faire dans le marché, quoiqu’il arrive pendant des années ?

C’est là que les deux citations ci-dessus prennent tout leur sens :

Afin de garder son sang froid, il ne faut surtout pas croire que les prix donnés par le marché correspondent à la valeur des entreprises. Le marché a en fait souvent tort que ça soit à la hausse ou à la baisse. Quand on parle d’efficience du marché en Économie, je rigole doucement. En effet cette théorie repose entre autre sur le fait que les agents économiques, donc les investisseurs dans notre cas, ont accès à des prix où toute l’information disponible y est incorporée. A partir de là, on suppose que l’investisseur a un comportement rationnel, c’est à dire que le prix qu’il paie reflète la vraie valeur de l’entreprise. Il ne peut donc jamais exister de sur ou sous-valorisation de l’action. Comment peut-on donc croire à cette théorie alors que le marché est principalement composé d’êtres humains qui sont par définition non rationnels (cf the ultimatum game). Parfois, on peut voir les prix monter de façons incohérentes car certaines valeurs sont à la mode et que l’effet de la peur de rater « l’opportunité » joue à plein. Les néophytes ne voudront pas manquer le train de la hausse, en espérant que quelqu’un sera prêt à payer plus cher dans un futur proche. C’est ce qu’on appelle de la spéculation pas de l’investissement. Dans l’autre sens, il y a la peur de perdre, ceci vient de l’aversion de l’être humain à la perte financière. Il a été observé qu’en moyenne les individus sont deux fois plus sensibles à une perte qu’à un gain de même valeur. La plupart des périodes de bulles ou de crises tant sur les marchés que dans l’économie réelle sont souvent dues à ces genres de biais comportementaux intrinsèques à notre espèce.

Enfin, une bonne façon d’éviter ces biais comportementaux et donc investir avec son affect, c’est de bien savoir dans quoi vous investissez. En général. La peur de l’inconnu ou de ce qu’on ne comprend pas fait faire de mauvais choix. Il en est de même quand vous investissez. Si vous passiez autant de temps à bien choisir vos actions d’entreprises que vous ne le passez à bien choisir votre téléphone, TV ou voiture, le résultat serait certainement probant à terme. Je reviendrai sur ce sujet dans un prochain article.

Pour résumer :

Pensez long terme, voyez-vous comme un actionnaire/partenaire des entreprises dans lesquelles vous investissez.

– N’oubliez pas les biais comportementaux de nous-autres êtres humains. Il faut essayer de se comporter comme un animal à sang-froid. Les émotions ne font pas bon ménage avec l’investissement à long terme et de bonnes rentabilités.

 

Dans les prochains articles, je vous donnerai quelques méthodes pour entre autre choisir des actions de qualité à des prix décents.

 

Source photo : Blick in den Nachthimmel von Mammoth Lakes, USA © Robson Hatsukami Morgan/unsplash.com 

Hasta la Proxima ! Mr LittleRocks

Vous aimerez sans doute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.