Le déménagement qui te fait devenir minimaliste

On pensait avoir tout passé en revue, avoir tout trié, avoir jeté le superflu. Que nenni. Le déménagement est l’ultime épreuve de tri qui te retourne la tête. Un changement tant radical qu’il remet en question beaucoup de choses, de la simple carte postale qu’on avait pas osé jeter jusqu’au matériel spécifique à un sport qu’on ne pratiquera pas avant longtemps, voire plus du tout mais qu’on garde « au cas où » (le pire!). Comme le déménagement t’oblige à TOUT sortir de tes armoires, placards, greniers & Co., c’est en cela qu’il est efficace/radical: on se retrouve face à l’étendue des dégâts, pas d’échappatoire possible.

Et je peux vous dire, nous qui pensions avoir jugé du sort de nos biens matériels (notamment grâce à ces méthodes), on s’est rendu compte qu’on n’avait justement été au FOND de tous nos placards. On avait peut être diminué la quantité de nos possessions, mais j’avoue qu’on a fermé les yeux sur certaines choses, et mis (éternellement!) en cartons d’autres qui se destinaient à une potentielle nouvelle vie. Et auxquelles on a finalement offert un voyage Madrid-Lyon. Déplacer le problème ne le règle pas.

A l’ouverture des cartons, là, EFFROI général: Mais comment avait-on fait pour garder autant, alors qu’on CROYAIT en avoir beaucoup moins ?

Mrs Little Rocks : Pour moi, ça n’a pas été de l’effroi mais une sorte de colère. Je n’en revenais pas de voir tous ces objets qu’on avait encore alors que nous avions déjà fait un très gros tri avant de partir. Plus jeune, ça ne me dérangeait pas d’accumuler, j’en étais plutôt fier. Désormais c’est le contraire. Je ne supporte plus d’avoir autant et trop de biens matériels. Je veux juste ce qui est nécessaire et de bonne qualité.

 

Comment nous avons géré au mieux ( hey! si dès fois vous êtes intéressés ) :

  • fait une liste de biens à vendre sur le web ( vieux trucs techno, appareils photos d’ancienne génération, matériel de ski, de plongée, de cuisine et j’en passe…). D’ailleurs en deux/trois jours, nous avons vendu pas mal d’articles enfant/bébé et même tous les cartons de notre déménagement. Merci Le bon coin! J’avais un énorme a priori sur ce genre site car notre expérience espagnole avait été un désastre sur le site Wallapop. Nous n’avions rien vendu…

 

  • rempli des cartons de « nouveaux » vêtements à donner pour des associations.

 

  • déposé sur une table d’échange de notre résidence des objets encore en bon état car nous ne souhaitions plus les garder, tout est parti en faisant des heureux dans un autre foyer.

 

  • fait en sorte que nos nouveaux rangements ne soient pas pleins à craquer. Il faut pouvoir juger du nombre et trouver ce qu’on cherche en un coup d’oeil quand on ouvre la porte d’un placard ( pour le moment c’est le cas, mais le challenge c’est de garder les rangements « rangés » et peu encombrés au fil du temps).

 

  • décidé de ne pas meubler systématiquement les espaces, sauf si vraiment il y a une utilité; meuble d’entrée pour chaussures par exemple.

 

En définitive, le plus difficile pour moi c’est de me séparer de mon matériel de création ( toutes mes boîtes d’échantillons de tissus, de carreaux d’intérieur – il y a quelques temps j’avais des grosses boîtes remplies de dalles de pierre et de céramiques et ça m’a pris des années avant de les liquider – du matériel de couture…), et aussi de mes escarpins et autres bottines (je suis une fille que voulez vous). C’est comme une épine en plein coeur ( imaginez moi une larme à l’oeil…)

Pour Mr Little Rocks, c’est plutôt ses casques et ses vestes de moto, alors qu’il n’a plus de motos depuis la naissance de notre fils… Il s’avère que cette petite pique de Miss Little Rocks s’avère inexacte. En effet, je viens de vendre mon casque et deux vestes en cuir !! Merci encore le bon coin !! Par contre, J’ai de nombreuses chaussures en cuir de qualité, reliques de ma vie d’avant, que j’aurai beaucoup de mal à revendre. Je les aime trop. Une de mes faiblesses dans mon parcours vers le minimalisme.

 

Le tri a repris de plus belle. Il faut parfois avoir des petits électrochocs pour aller de l’avant et se séparer de ce qui nous encombre. Le plus difficile est souvent d’y voir clair. De répondre avec certitude aux questions:

  • Est ce que ça me correspond actuellement ?
  • A ce vers quoi je tend ?
  • Vais-je l’utiliser dans les 3 prochains mois ? Une histoire de choix complètement personnel en définitive, que chacun se doit de définir selon ses propres critères. A vous seul d’en juger, donc.

Je ne dis pas qu’on était forcés de se séparer de choses auxquelles on tenait. Mais les choses qui ne nous apportaient plus rien, pour lesquelles on ne ressentait plus rien, qui renfermaient parfois un souvenir de mélancolie ou frustration, celles là, du vent !

On a pu trouver des solutions rapides et pratiques, et ça a beaucoup aidé aussi. La plupart de nos affaires ont trouvé une autre destination pour aider d’autres personnes, ça a aidé à s’en détacher plus facilement.

 

Moins on en a, moins on se pose des questions de place, de tri, et moins on a de doute sur nos choix de vie et nos projets à venir.

Au final, je pense que moins on en a, mieux on s’en passe 🙂

 

 

Mrs LittleRocks

Vous aimerez sans doute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.